Des horizons vers lesquels s’échapper, des formats favorisant l’intime, une fluidité et un indécis suscitant la question, le partage. 


Peu à peu, le paysage prend forme comme une photo pouvant se dévoiler lorsqu’elle est plongée dans son bain de révélateur. Tout en transparence l’histoire se mêle à la matière et ils ne font plus qu’un.


Des fenêtres particulièrement intimes pouvant parfois donner l’impression d’observer sa vie de loin, comme à travers la photographie. 


Les histoires que dévoilent les œuvres sont ouvertes à l’interprétation. Elles révèlent intimités, obsessions, réalités et perditions, créant ainsi un univers dont le sens reste fragile.


Le grain, les tâches, les veines et les écrasements de perspectives, empêchent parfois, une interprétation directe du travail, mais laissent l’accessibilité au regardeur de pouvoir s’y plonger s’il le désire vraiment.